«

»

Apr 03

Les peurs à vaincre pour reprendre confiance en soi

Les peurs à vaincre pour reprendre confiance en soi

 

Afin de pouvoir vivre sa vie pleinement et de continuer à s’épanouir et grandir, il est important d’avoir confiance en soi.

En psychologie, on parle souvent de la boucle “Compétence / Confiance” : on devient plus confiant dans un domaine lorsque l’on devient plus compètent dans celui-ci. Oui mais, pour commencer quelque chose de nouveau et devenir compétent dedans, il faut déjà avoir confiance en soi et en ses capacités. Alors, laquelle doit-on posséder en premier : la Compétence ou la Confiance ?

Pour pouvoir comprendre pourquoi une personne manque de confiance en elle, il faut se poser la question suivante : “D’où vient ce manque de confiance ?”

Généralement, la raison pour laquelle les gens manquent de confiance en eux, est qu’ils sont effrayés. Il existe différents types de peurs pouvant se combiner les unes aux autres, affectant ainsi la confiance en soi. Les 4 principales dont je parle aujourd’hui sont : l’anxiété, la peur de l’inconnu, la peur de l’échec et la peur du rejet. Je parlerai dans un prochain blog de la peur de la perte, la peur du changement et la peur du résultat, qui sont également des éléments importants de la confiance en soi.

 

Anxiété

L’anxiété est définie comme étant un état d’inquiétude extrême causé par le sentiment de l’imminence d’un événement fâcheux ou dangereux, s’accompagnant souvent de symptômes physiques, tels que : stress, palpitations, tension musculaire, fatigue, nausée, douleurs thoraciques, maux de tête, mains moites, etc… On pourrait parler aussi d’appréhension d’un événement.

L’anxiété est ainsi liée à des situations perçues comme étant incontrôlables ou inévitables. Son origine est donc la pensée que l’on se fait d’une situation ou d’un événement à venir, pensée qui se traduit par des sensations et émotions influençant notre corps.

Généralement, une personne dans cette situation pense avec le format suivant :

“Et si …[situation négative / pensée négative]…”

Par exemple, pour une personne timide :

  • Et s’ils ne m’aiment pas.
  • Et si j’ai l’air ridicule.

Pour une personne manquant de confiance :

  • Et si je ne suis pas assez bon.
  • Et si je n’y arrive pas.
  • Et si cela ne marche pas.

La solution pour lutter contre l’anxiété est de changer la pensée que nous avons de la situation qui nous fait peur, et de la remplacer par une pensée positive.

  • Et s’ils m’aiment tous.
  • Et si j’ai l’air sûr de moi.
  • Et si j’ai ce qu’il faut pour réussir.
  • Et si je réussis.
  • Et si cela marche.

Ma méthode de coaching est justement basée sur cette connexion qui existe entre la pensée, l’émotion et l’action. Tout est lié et c’est en changeant sa manière de penser que l’on obtient des résultats significatifs et durables.

 

Peur de l’inconnu

L’une des plus grosses peurs est la peur de l’inconnu : ne pas savoir ce qui se cache dans l’obscurité ou ce qu’il va se passer. C’est cette peur de l’inconnu qui nous empêche de passer à l’action pour différentes raisons.

Dans le cas d’une personne timide, les raisons pour ne pas passer à l’action sont, par exemple :

  • Ne pas savoir comment les gens vont réagir ou penser.
  • Ne pas connaitre les conséquences de ses actes.
  • Ne pas savoir qui va se moquer.

Dans le cas d’une personne manquant simplement de confiance, les raisons pour ne pas passer à l’action seront :

  • Ne pas savoir ce qu’il y a à faire et donc laisser l’imagination prendre le dessus (envisager le pire scénario et paniquer).
  • Ne pas savoir comment faire ou comment cela fonctionne.
  • Ne pas savoir ce qui se cache derrière quelque chose et peut être y-a-t-il un danger.

Pour vaincre sa peur de l’inconnu, il suffit de prendre le temps de réfléchir à la situation. Pour cela, nous pouvons :

  • Nous imaginer un scénario, ce qui nous permet d’anticiper ce qu’il va se passer. Et à partir de là, nous pouvons prendre une décision réfléchie de passer à l’action ou non.
  • Nous renseigner et collecter le plus d’informations possibles sur le sujet, pour éliminer les zones d’ombres et d’inconnu. C’est donc en augmentant notre préparation que l’on augmente notre compétence sur le sujet, et donc que l’on réduit notre peur.

 

Peur de l’échec

La peur de l’échec se nourrit directement de notre estime de nous-même ou plutôt de notre manque d’estime de soi. Savoir gérer l’échec est quelque chose de très important pour retrouver confiance en soi, à tel point que cela fait l’objet d’un sous-atout entier dans ma méthode des 6 Atouts.

Tout est lié à notre petite voix intérieure, celle qui nous parle et nous dénigre, qui nous dit que l’on n’est pas assez bon pour réussir. Cette petite voix, que j’appelle : le Gremlin dans mon article sur les blocages intérieurs, est l’un des 4 blocages nous empêchant de passer à l’action.

Mais la peur de l’échec vient aussi de la perspective et de l’attitude que l’on a vis-à-vis d’une situation. Il existe 7 niveaux d’attitude que l’on peut choisir d’adopter à tout moment, suivant les situations auxquelles nous sommes confrontés.

Dans le cas de la peur de l’échec, prenons l’exemple de quelqu’un essayant de parler à une autre personne de quelque chose mais n’ayant pas réussi. Cette personne, en fonction de l’attitude qu’elle adoptera, verra cette situation sous ces différents angles :

  1. J’ai essayé de lui parler mais je n’y arrive pas, je n’ai pas assez confiance en moi.
  2. J’ai essayé de lui parler mais elle ne m’écoute pas, il n’y a rien à en tirer.
  3. J’ai essayé de lui parler mais je crois que je n’ai pas été assez clair.
  4. J’ai essayé de lui parler mais je ne voulais pas la déranger, elle avait l’air occupée.
  5. J’ai essayé de lui parler mais je me rends compte que ce n’était pas le bon moment.
  6. J’ai essayé de lui parler mais ça ne devait pas être le bon moment pour nous deux.
  7. Je lui parlerai plus tard, cela n’a pas d’importance.

A partir du niveau 5, l’échec n’existe plus vraiment, et l’on se détache de l’impact que cela peut avoir sur nous-même pour se concentrer sur la leçon que l’on peut en tirer. L’échec devient simplement une expérience dont on sort grandi.

Je reviendrai plus en détail sur ces 7 niveaux dans des postes futurs.

 

Peur du rejet

La peur du rejet est la peur qui concerne plus particulièrement les personnes timides. C’est notre peur de nous faire rejeter à un point où l’on se sent blessé au plus profond de nous-même et qui brise notre estime, notre identité et notre sentiment d’appartenance.

Cette peur remonte du temps de nos lointains ancêtres, où la vie était organisée de manière tribale. La survie d’un individu reposait sur son appartenance au groupe  (nourriture, territoire, famille, guerre…). Se retrouver exclu de sa tribu signifiait une mort certaine.
Cette peur d’être exclu de la tribu a survécu à travers le temps. Elle reste profondément ancrée dans notre inconscient. C’est cette même peur qui régit nos comportements de tous les jours. Elle explique notre réticence à nous exposer au risque de rejet de l’autre.

En effet, lorsque nous discutons avec nos proches (amis ou famille), nous n’éprouvons aucun stress à converser. Normal, nous sommes au sein de notre groupe d’appartenance. Nous avons inconsciemment l’assurance d’être accepté. En revanche, que se passe-t-il lorsque nous devons parler en dehors de notre cercle d’amis ? La tâche s’avère un peu plus périlleuse puisqu’il y a une exposition au risque de rejet et inconsciemment au bannissement de la « tribu sociale » (la société).

Pour lutter contre la peur du rejet, il faut comprendre que statistiquement le rejet n’existe pas.

Réfléchissez une minute et faites ce petit exercice. Combien de fois, pensez-vous avoir été rejeté dans toute votre vie, au point où cela vous a profondément blessé ?

  • Est-ce que vous pouvez honnêtement dire que vous avez été rejeté 1 fois dans votre vie ?
  • Est-ce qu’en y réfléchissant vous pouvez dire que vous avez été rejeté 3 fois ?
  • Est-ce que vous pouvez me citer 7 situations où quelqu’un vous à rejeté de telle manière que cela vous a blessé au plus profond de vous-même et vous a changé à jamais ?
  • Est-ce que vous pensez avoir été vraiment rejeté 10 fois ?

Vous avez ce chiffre ? Gardez-le en tête.

Maintenant,  combien de personnes avez-vous rencontrées ? A combien de personnes avez-vous parlé au cours de votre vie ?

  • au moins 20 personnes ?
  • au moins 200 personnes ?
  • au moins 500 personnes ?
  • au moins 1000 personnes ?

Donc, sur les X personnes que vous avez rencontré dans votre vie et auxquelles vous avez parlé, seulement Y personnes vous ont véritablement rejeté !!!

Ne laissez pas ces Y personnes juger de votre valeur.
Pourquoi accorder autant de valeur à l’opinion d’une minorité de personnes alors qu’une majorité de personnes vous apprécie ?

 

Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui. La prochaine fois, je parlerai des 3 autres types de peurs que l’on s’invente et qui sont issues de notre mode de pensée, à savoir : la peur de la perte, la peur du changement et la peur du résultat.

Maintenant que vous avez vaincu vos peurs, laissez-moi un commentaire pour me dire ce que vous avez pensé de cet article et comment cela va vous aider dans votre quotidien.

Si vous avez aimé cet article, pourquoi ne pas en parler autour de vous ?

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l’avez trouvé sympa, bien sûr ! Ou rejoignez la newsletter pour recevoir tous les derniers articles directement dans votre boite aux lettres. Merci d’avance :

Partagez ce post
Rejoignez la newsletter

A très bientôt,

Jérôme


Celui d’avant ou celui d’après ? Choisissez :

Envie de lire l’article qui vient juste après celui-ci ? Cliquez là :

Envie de lire l’article qui vient juste avant ? Cliquez ici :


Vous aimerez peut-être lire ces articles :


Juste au cas où… Je suis pour des articles sans aucune faute d’orthographe ! Si vous en avez repéré une ou plusieurs dans cet article, alors merci de me le signaler en m’envoyant un mail à jerome(at) le présent nom de domaine, en indiquant le ou les mots concernés. Je corrigerai tout ça au plus vite.

3 comments

7 pings

Skip to comment form

  1. herve

    je suis ravis de votre exposer vous m’avez redonnez confiance en moi je vous remercie et j’irai plus loin que possible dans la vie dès maintenant

    1. Jerome

      C’est moi qui vous remercie Herve

  2. Nourou

    Je suis trop timide et j’ai peur d’autrui. J’ai peur et j’ai honte d’appliquer votre conseil dans mon quotidien.

  1. peurs nous empêchant de passer à l’action - AtoutsConfiance.com

    […] Dans l’article précèdent, je vous ai parlé des 4 peurs “ancestrales” qui réduisent la confiance en soi : l’anxiété, la peur de l’inconnu, de l’échec et du rejet. Cette fois-ci, je voudrais aborder les peurs que l’on s’est construit et qui nous empêchent de passer à l’action. Ce sont la peur de la perte, la peur du changement et la peur du résultat.  Ces peurs reposent toutes sur le principe fondamental suivant : […]

  2. Différence entre être introverti et être timide

    […] Les peurs à vaincre pour reprendre confiance en soi […]

  3. La réponse au manque de confiance - AtoutsConfiance.com

    […] Les peurs à vaincre pour reprendre confiance en soi […]

  4. Connaissez-vous l’introversion ? - AtoutsConfiance.com

    […] Les peurs à vaincre pour reprendre confiance en soi […]

  5. Les 7 façons d'aborder une présentation quand on est timide - AtoutsConfiance.com

    […] Les peurs à vaincre pour reprendre confiance en soi […]

  6. Blocages Intérieurs - AtoutsConfiance.com

    […] au fur et à mesure brisent votre estime de vous-même et votre égo, avec comme sources, toutes vos peurs les plus intimes, comme la peur du rejet, la peur de l’inconnu, l’anxiété et la peur de […]

  7. Vaincre sa timidité - AtoutsConfiance.com

    […] Les peurs à vaincre pour reprendre confiance en soi […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>